Les perliculteurs et exportateurs de Polynésie française sont, depuis juillet 2001, soumis à des normes qui les obligent à un contrôle par le Service de la Perliculture, ceci afin d'augmenter la qualité générale des perles mises sur le marché.

Ainsi, les perles qui ne répondent pas aux critères de qualité comme les perles à la surface imparfaite ou les perles dont l'épaisseur de nacre est trop fine sont détruites par un broyeur.

Les perliculteurs sont indemnisés de la destruction des perles à hauteur de 50 CFP (0,42 euro) par perle rebutée. Les perles détruites lundi dernier appartenaient à Dora Fourcade.

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !