Le coût de production descend à 27 yen l'unité (0,23 euro), contre 300 yens (2,58 euros) au Japon. En délocalisant ainsi leur production et en ne conservant que l'étape de finition au Japon, les bijoutiers ramènent le coût de fabrication d'une perle finie à moins de 100 yens, soit 3 fois moins que celui d'une perle 100% japonaise. Les bijoutiers les vendront au même prix que les perles nationales.

Ils prévoient ainsi une production annuelle de près de trois millions de perles. La qualité et le prix des perles locales ont baissé à cause de la sensibilité des huîtres aux virus et aux algues rouges. La production nationale représentait 35 tonnes l'année dernière, soit un quart seulement de celle atteinte dans les années 80, obligeant à importer massivement des perles "bon marché" en provenance d'autres pays d'Asie.

Ambassade de France a Tokyo - Agence pour la Diffusion de l'Information Technologique

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !