« Les destructions sont importantes » dit Tomokazu Tanabe, un perlicuteur de la baie, alors qu'il regarde les eaux calmes d'Ago, le lieu où est née la perliculture japonaise. A ses côtés, empilées par centaines se trouvent des coquilles d'huîtres vides.

« Les huîtres sont rendues plus fragiles face à ces basses températures, et même si elles survivent, beaucoup d'entre elles vont succomber aux hautes températures de l'été. »

D'après l'association de perlicuteurs de la préfecture de Mie où se trouve la baie d'Ago, les pertes s'élèvent à plus de 1,33 milliards de yen (9 millions d'euros) pour ce début d'année (jusqu'à mai). Les pertes sur l'année entière risquent d'être les plus élevées jamais observées, avec 46% d'huîtres perlières mortes.

La cause directe de cette mortalité est la faible température de l'eau les trois premiers mois de cette année, mais de nombreux autres facteurs sont venus s'ajouter à ce phénomène.

A cause de la faible profondeur d'une grande partie de la baie d'Ago (pas plus de 5m de profondeur), la température de l'eau est très sensible aux phénomènes météorologiques. Le courant chaud qui normalement traverse la mer de Kumano au large de la péninsule de Kii s'est récemment déplacé plus loin au nord durant l'hiver.

De plus, si les températures estivales élevée continuent cette année, la température de l'eau de la baie va augmenter, et provoquer la perte du nucléus des huîtres, ou tout simplement leur mort.

Depuis 1996, l'industrie perlière de la baie d'Ago a subi un grand nombre de problèmes, notamment des maladies infectieuses. Le nombre de fermes perlières a chuté de 1.200 à environ 720. Beaucoup de perliculteurs ont été contraints d'arrêter leur activité.

A cette période de l'année, les perliculteurs sont généralement occupés à greffer les huîtres et à les suspendre sur les radeaux. Cette année, il est difficile d'obtenir suffisamment d'huîtres, et beaucoup des radeaux restent vides.

Kokichi Mikimoto, le pionnier de la perliculture, a commencé son activité dans cette région il y a maintenant 118 ans. Cette industrie autrefois florissante est aujourd'hui en grande difficulté dans la région de la baie d'Ago.

radeaux de perliculture - baie d'Ago

Vue aérienne de la baie d'Ago et des radeaux servant à la perliculture

photo : Manabu Kato

radeau perliculture

Avec le déclin de la perliculture, les radeaux vides sont nombreux dans la baie d'Ago à Shima (prefecture de Mie, île de Honshu).

photo : Manabu Kato

greffage nucléus d'une huître perlière

Opération de greffage d'une huître Akoya

photo : Manabu Kato

perles akoya de mauvaise qualité

Perles d'huîtres mortes. Ces perles dont la couche de nacre est trop fine sont invendables.

photo : Manabu Kato

perliculteur

Un perliculteur nettoie les huîtres perlières.

photo : Manabu Kato

The Yomiuri Shimbun

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !