Le maire, Renato Laurinaria, a indiqué que l'ordonnance municipale interdit également la pêche aux explosifs et au chalut.

Les autorités locales ont commencé à imposer l'interdiction le week-end dernier, en particulier dans une réserve marine de 126 hectares où les huîtres perlières sont abondantes. L'interdiction s'applique aux espèces Pinctada maxima et Pteria penguin, qui sont les principaux mollusques utilisés pour la perliculture locale.

M. Laurinaria a indiqué au journal Standard Today que la ville côtière, distante de 47km de la ville de Legazpi, jouit de riches ressources marines incluant un vaste banc d'huîtres perlières qui qui peut être utilisé dans le cadre d'une perliculture écologiquement durable.

"Il est de notre devoir de préserver et protéger cette richesse naturelle si nous voulons conserver de manière durable les bénéfices que nous pouvons en retirer" a indiqué Renato Laurinaria.

La ville s'engage dans une entreprise de perliculture à grande échelle le long de la côte Ouest de la baie de Sorsogon, et le centre de recherche et de développement de la Bicol University à Legazpi conduit une étude de faisabilité sur le sujet.

Ronnel Dioneda, un chercheur de l'université, explique que la perliculture est une entreprise tout à fait envisageable dans la région, et susceptible de créer de nombreux emplois pour les villageois et de générer des revenus pour le gouvernement local.

Depuis 1978 existe une petite exploitation perlière de 5 hectares dans les eaux côtières de Barangay Cogon, et Ronnel Dioneda indique qu'elle a été très profitable pour ses propriétaires.

Manila Standard Today

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !