Ben Ponia, spécialiste de l’aquaculture au Secrétariat général de la Communauté du Pacifique à Nouméa, a signalé que le secteur mettra cinq ans avant de regagner son niveau de production normal. L’année dernière, il a proposé d’installer un système de quadrillage dans le lagon de Manihiki pour assurer la bonne régulation et le suivi des fermes perlières.

Ce système permettrait aux éleveurs de cultiver jusqu’à quatre millions de perles, ce qui dépasse largement le niveau actuel de production.

Radio Australia

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !