Les baies du sud du Japon sont l'un des habitats principaux des perles de culture akoya dans le monde. Les perliculteurs ont affiné et développé les techniques de Mikimoto durant un siècle. Il y a aujourd'hui environ 2000 perliculteurs dans cette zone du Japon. Les fermes perlières, quelle que soient leur taille, utilisent toutes les mêmes techniques de base pour cultiver les huîtres perlières.

Afin d'éviter la surexploitation des banc d'huîtres sauvages, une importante part des huîtres perlières sont élevées en écloserie.

Les huîtres, agées de 6 mois, quittent les écloseries et sont placées dans des baies où elles grandiront jusqu'à maturité. Quand les huîtres ont entre 2 et 3 ans, elles sont alors collectées. Elles sont placées dans un bain anesthésiant afin d'améliorer leurs chances de survie après la greffe.

Les huîtres sont sorties du bain, puis légèrement ouvertes. Un morceau du manteau d'une autre huître (huître donneuse) est alors découpé en petits morceaux carrés. Ces petites pèces de manteau constitueront le greffon.

Une incision est faite dans la mebrane de la gonade de l'huître. Le morceau de manteau est placé dans la gonade. C'est ce greffon qui produira la nacre. Un nucléus, bille généralement fabriquée à partir de la coquille d'une moule d'eau douce d'Amérique du Nord, est ensuite inséré et placé contre le greffon. Ce nucléus constituera le "noyau" de la perle. Cette opération peut être répétée jusqu'à 5 fois sur une même huître, mais plus généralement 2 fois, comme présenté sur la vidéo.

Les huîtres, affaiblies par l'opération de greffage, sont alors placées dans des sacs où elles récupéreront pendant une semaine. certaines huîtres ne survivent pas l'opération de greffage, d'autres encore rejetteront le greffon. Les huîtres qui survivent seront ensuite transférées sur les radeaux principaux, au milieu de la baie.

Les huîtres perlières sont alors cultivées durant deux à trois ans (parfois moins, puisqu'il arrive que les perles soient extraites après seulement 8 mois, ce qui est insuffisant pour obtenir une bonne épaisseur de nacre ; les perles sont alors de mauvaise qualité). La température de l'eau, la salinité, le pH, etc. sont surveillés et les huîtres sont régulièrement nettoyées pour éviter que des parasites envahissent leurs coquilles et les empêchent d'accéder aux nutriments nécessaires à leur croissance. Les huîtres sont parfois déplacées dans des zones de la baie où les conditions sont plus hospitalières, en fonction des saisons.

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !