Le prénom du célèbre joaillier n'est pas Kokicho mais bien Kokichi.

Kokichi Mikimoto utilise une technique de greffe développée par Mise et Nishikawa à partir de 1916, car les méthodes qu'il utilisait auparavant n'étaient pas commercialement viables.

Les huîtres perlières du Japon ne sont bien souvent conservées dans l'eau que 18 mois après la greffe, parfois moins, et non pas trois ans comme l'article le prétend.

Le reste de l'article s'étend sur le développement commercial de la maison Mikimoto et les dernières tendances : perles incrustées de diamants, perles de Tahiti, perles des mers du Sud...

Il est bien regrettable que l'auteur de l'article n'ait pris le soin de vérifier ses sources, et de faire un vrai travail journalistique. Ce genre d'article propage des idées fausses, que le lecteur ne prendra pas le soin de vérifier.

La photo de couverture nous présente de gauche à droite : une perle akoya, une perle rose naturelle de conque,

L'article est visible à l'adresse :
http://madame.lefigaro.fr/mode/en-kiosque/660-mikimoto-le-culte-de-la-perle

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !