Le retard des îles Fidji n'est pas si important dans le domaine de la perliculture. La culture des perles noires à Fidji a débuté en 1998, à l'initiative du département de la pêche et de l'aquaculture, avec 10 fermes perlières dont 4 sont la propriété d'investisseurs étrangers et 6 la propriété de villageois, à Vanua Levu.

D'après des statistiques fournies par la Fiji Trade Commission, Fidji a exporté pour une valeur de 74 928 dollars US en 2004, 276 561 dollars US en 2005 et 107 927 dollars US l'an dernier.

Ces chiffres restent faibles comparés à ceux de la Polynésie française voisine, cependant, Justin Hunter (société J.Hunter Pearls Fiji) indique qu'il faut accorder plus d'importance à la qualité des perles de Fidji qu'à leur quantité. J.Hunter Pearls Fiji, basé à Savusavu, produit de 50 000 à 60 000 perles noires chaque année, mais certains facteurs jouent en la défaveur du succès de la perliculture aux îles Fidji.

"La perliculture est intensive et la concurrence forte. La plupart des perles sont vendues à Hong Kong ou au Japon car c'est là-bas que les perles sont triées avant d'être envoyées vers les différents marchés. En dehors de la concurrence locale, le facteur le plus important à Fidji est l'environnement marin, qui conditionne la qualité des perles produites. La concurrence pour les zones libres de toute pollution est importante à Fidji."

"La perliculture est en compétition avec d'autres industries qui ne tiennent pas compte de facteur et qui ne protègent pas cet environnement."

D'après la Fiji Trade Commission, La Polynésie française a exporté 46 243 938 dollars US aux Etats-Unis en 2006, alors que Fidji n'en exportait que 107 927 dollars US sur la même période.

"Tahiti produit en moyenne 10 tonnes de perles chaque année. Nous ne souhaitons pas produire une telle quantité; nous souhaitons nous concentrer sur une petite production de très haute qualité."

"Au Japon (le plus gros marché pour les perles noires), nos perles se vendent presque le double des perles de Tahiti. Nous devons faire en sorte que les perles de Fidji se différencient des quantités de perles de Tahiti."

A Fidji, Prouds est l'acheteur principal des perles cultivées localement, et leur chaîne de boutiques présentent une grande diversité de perles en provenance de J. Hunter Pearls Fiji.

M. Hunter indique que des événements ont provoqué une chute du prix des perles noires ces dernières années.

"Le prix des perles n'est plus que 10% de celui d'il y a 10 ans. Une des raisons est que la production des perles a Tahiti a fortement augmenté, et l'offre répond aujourd'hui à la demande."

"La qualité des perles de Tahiti a baisssé; les perles faisaient en moyenne 10mm par le passé, elle font 8mm en moyenne aujourd'hui. Les producteurs se concentrent sur des perles moins chères et plus faciles à produire."

"Fidji n'a pas les ressources et l'espace qu'offre la Polynésie française, et les conditions qui nous sont imposées sont difficilement acceptables pour ce type d'investissement à haut risque."

Fiji Times

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !