La centrale d'achats pourrait proposer des prix 10 à 20 % supérieurs que ceux pratiqués habituellement sur le marché.

Malgré la morosité actuelle dans le secteur de la perle mise en évidence par les mesures de chômage technique prévues pour 400 employés des fermes de Robert Wan, l'un des plus gros producteurs, les professionnels de la bijouterie croient toujours en la valeur du joyau des lagons polynésiens.

"Je sais que le perle traverse une passe difficile mais je crois dans ce produit car la perle noire de Tahiti restera toujours aussi belle", déclare Jenny Hiro, qui vient de terminer un stage d'enfilage de perles proposé par la Chambre de commerce et d'industrie de Tahiti.

Tous les professionnels du secteur s'accordent à dire, en tous cas, que le marché de la perle ne prospérera qu'en mettant l'accent sur la qualité des produits exportés.C'est le défi relevé par les professionnels de la perle depuis quelques années et qui devrait porter ses fruits dans les prochains mois.

Service du Commerce Extérieur de Polynésie française

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !