On peut dire, je pense, que la meilleure définition du mot perle est la suivante :

"Une perle est une concrétion composée de carbonate de calcium, d'un liant organique et d'eau, produite par un mollusque à coquille en réaction à la présence d'un irritant". La concrétion a, en principe, la même composition que la coquille, toutes deux formées pas le tissu mantellaire de l’animal. Une perle peut être libre ou adhérer à la coquille. Le carbonate de calcium peut exister sous ses deux formes minéralogiques habituelles, l’aragonite ou la calcite."

Il n’y a plus lieu de distinguer les perles faites de nacres des autres, qui ne sont pas des perles pour certains. La distinction n’a qu’un but commercial, qui n’est pas objectif. Du point de vue chimique, les perles nacrées ou non nacrées ont la même composition. Certains lobbyistes de l’industrie perlière ont fini par influer tellement la dialectique perlière qu’on en est venu à des affirmation du style « seule la perle nacrée peut être appelée perle. Les autres doivent être appelées "concrétions calcaires" ». On se voit bien complimenter une femme ayant déboursé 200 000 euros pour son collier de perles Conch en lui disant « Votre collier de concrétions calcaires est merveilleux, chère Madame ».

Le Gemological Institute of America (GIA) clôt définitivement cette distinction absurde en supprimant la mise entre guillemets du mot perle lorsque l’on parle de perles non nacrées. Dans son numéro de l’hiver 2006, volume XLII, page 265, une note de l’éditeur nous informe que « Une convention, par le passé, voulait que des guillemets encadrent le mot perle s’il concernait une perle non nacrée. Il a été décidé que cette pratique était désormais abandonnée ».

Enfin on revient à la raison et l’on considère comme perle toute concrétion fabriquée par un mollusque coquillier. Une perle conch, une perle melo, une perle de tridacne, une perle d’huîtres d’Oléron, une perle de nautile, une perle de Tahiti…., oui, toutes des perles, qui sont des produits fascinants, qu’elles soient belles ou laides.

correspondance avec Hubert BARI

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !