Du greffon à la perle
La greffe d’une huître perlière consiste à introduire un greffon (portion de manteau d’une huître « donneuse ») avec le nucléus (bille de nacre fabriquée à partir de la coquille de bivalves d’eau douce), à l’intérieur de la poche perlière d’une huître « receveuse ».
La prolifération des cellules épithéliales1 du greffon et leur fusion avec les tissus de la poche perlière de l’huître receveuse aboutissent au développement d’un sac perlier autour du nucléus. Le sac perlier est à l’origine des dépôts organiques et minéraux (aragonite) qui constituent la perle.

La qualité des perles : un enjeu économique
Il faut attendre 18 mois après l’acte de greffe pour découvrir, au moment de la récolte, les aspects essentiels de la perle : taille, forme, couleur, lustre et présence plus ou moins importante de défauts ou malformation de surface.
Tous ces aspects déterminent la qualité d’une perle et son prix à la vente. Dans le contexte actuel de concurrence avec les autres pays producteurs, une amélioration des pourcentages de production des perles parfaites dites TopGem (elles ne représentent que 5 % de la production aujourd’hui) serait un atout décisif pour la Polynésie.
L’amélioration de la qualité des perles (limitation des défauts, des malformations, amélioration du lustre, sélection de la couleur, etc) est donc un axe essentiel des recherches menées depuis 2003 par le Laboratoire Biotechnologie et Qualité des Perles du Centre Ifremer à Tahiti en collaboration avec le Service de la Perliculture Polynésien. Pour répondre aux attentes des professionnels, différents thèmes de recherche ont été retenus par l’Ifremer.

Etude des compartiments de la greffe
Afin d’étudier les différents compartiments mis en jeu lors de la greffe (nucléus, greffon, sac perlier, perle) et leurs interactions, les chercheurs de l’Ifremer utiliseront des approches complémentaires en cytologie2, biochimie et biologie moléculaire. Ces données biologiques concernant les mécanismes cellulaires et moléculaires permettront de mieux comprendre les processus de formation d’une perle.
Par ailleurs, des marqueurs des cellules responsables des dépôts nacrés des perles permettront d’analyser la séquence complète de l’acte de greffe à l’obtention de la perle.

Vers une sélection des huîtres perlières
Une comparaison des processus ayant abouti à des perles parfaites ou à défauts, permettra de définir les causes d’apparition de ces malformations auxquelles les scientifiques tenteront de proposer des solutions.
Des « cartes d’identité » des huîtres seront également obtenues à partir de la caractérisation des couleurs de leurs coquilles nacrées. Ces données faciliteront la sélection d’huîtres donneuses de greffons pour l’obtention de perles de couleurs choisies.
Enfin, l’influence des facteurs externes sur la qualité de la perle (acte opératoire, zootechnie, environnement) sera étudiée expérimentalement.

1 L’épithélium est un tissu composé de cellules juxtaposées, les cellules épithéliales, disposées en une ou plusieurs couches tapissant la face externe des organes.
2 Cytologie : étude des cellules et de leurs propriétés morphologiques, biochimiques et fonctionnelles.

Ifremer.fr

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !