Son programme de Recherche est développé au titre des Conventions de Collaboration Scientifique et de Développement Technique.

Il s’inscrit dans le domaine d’exploration et d’extension des connaissances, à destination du génie cellulaire. Les protocoles explorés et les procédés développés font l’objet d’une protection intellectuelle et industrielle.

Le Programme de Recherche est conçu pour accompagner les Producteurs perliers dans le développement qualitatif de leurs productions.

Il est exercé directement sur l’Unité de production du partenaire logistique, laquelle intègre les protocoles expérimentaux et bénéficie des applications biotechnologiques innovantes, sous clauses de confidentialité.

Domaine de recherche

Les objectifs scientifiques ciblent la caractérisation structurale et fonctionnelle des cellules multipotentes, impliquées dans le renouvellement et la restauration des tissus. Les déterminismes de la multipotence et de la différenciation sont explorés lors de la régénération des tissus d’un implant.

Les objectifs biotechnologiques visent la maîtrise de procédés de traitement prophylactiques, d’implantation, d’explantation et de développement d’un tissu néogéne allochtone.

L’application en perliculture porte sur l’identification cytologique et physiologique des cellules multipotentes, impliquées dans le renouvellement et la restauration des tissus épithéliaux du pallium.
Des pratiques biotechnologiques d’isolement, de sélection et d’induction cellulaire tendent à potentialiser la capacité régénérative d’explants et à optimiser les aptitudes à la bio minéralisation.
In fine, les innovations techniques s’expriment sur l’amélioration de la qualité de production perlière.

Rapport d’activités

Les explorations fondamentales, menées en histo-cytologie génétique, ont conduit à émettre des hypothèses nouvelles sur la structure et le fonctionnement des tissus de l’implant. L’origine et les modalités de prolifération de l’implant ont été recherchées dans la structure du tissu épithélial nacrier et dans les conditions environnementales d’implantation. Les applications biotechnologiques sont axées, vers l’optimisation des aptitudes régénératives et la prophylaxie, en vue de la production "d’explants équivalents".

Caractérisation histo-cytologique : La détermination des types cellulaires constitutifs de l’épithélium nacrier et leur agencement tissulaire ont été explorés par des techniques d’observation microscopique en épi-fluorescence et par traçage immuno-chimique. L’origine du renouvellement cellulaire, in vivo, a été identifiée sous la forme de "pôles de régénération" répartis de manière diffuse au sein des fibroblastes. La typicité de "cellules souches multipotentes" a été définie selon les caractéristiques ultra- structurales.

Potentialités néoblastiques : Des pratiques expérimentales, de stress chimique et mécanique, in vivo, attestent la multipotence des pôles régénératifs. Des techniques d’isolement, de sélection et de prolifération contrôlée en culture, in vitro, confirment l’aptitude cytogène, par le développement d’isolats cellulaires.

Induction cytogène : L’isolement des cellules multipotentes (mCS) est effectué par dissociation chimique et mécanique du tissu épithélial. Les hydrolysats tissulaires sont réalisés par une hydrolyse enzymatique des liaisons inter-membranaires, en milieu tamponné. La centrifugation différentielle permet de séparer la fraction matricielle et les fractions du complexe cellulaire, selon leurs gradients de centrifugation. Après sédimentation et prélèvement sélectif, la fraction de cellules souches multipotentes est identifiée, en microscopie confocale et par ctométrie de flux. En culture, in vitro, sur milieu spécifique sous l’influence d’inducteurs mitogéniques, les cellules multipotentes prolifèrent en un explant 1 de cellules indifférenciées.

Transfert régénératif : L’explant 1, massif cellulaire issu de la culture primaire, subit une fragmentation mécanique. Les fragments de l’explant 1 sont repiqués sur un milieu spécifique 2. Le développement est contrôlé sur une période de sept jours, à partir de laquelle l’explant 2 est prélevé. Une évaluation en microscopie optique est réalisée avant transplantation dans la gonade d’une huître receveuse. Le massif de cellules multipotentes (cellules en cours de différenciation) est prélevé puis, transposé dans le tissu fibreux de la gonade d’une huître receveuse.

Prophylaxie : L’identification de la communauté bactérienne, contaminatrice du greffon, a permis de rechercher des moyens antiseptiques et antibiotiques par les techniques de criblage et titrage. La C.M.I et la C.O.E ont été définies en culture, in vitro, puis vérifiées, in situ, à partir de l’étude de la cinétique de prolifération bactérienne. Deux procédés prophylactiques de traitement, curatif préimplantatoire et préventif post- implantatoire du greffon, sont mis en application expérimentale.

Exploitation fonctionnelle des Recherches

En 2008, OCEANIS ouvre son Partenariat de Recherche en direction des Producteurs en mettant directement en œuvre les procédés sur les Unités de Production.

La compréhension des modalités de la prolifération cellulaire de l’implant et, l’identification de facteurs biotiques, permettent de proposer des solutions biotechnologiques rationnelles et pragmatiques.

Une optimisation des aptitudes du greffon par des techniques de prophylaxie et d’activation mitogène :

  • une implantation aseptisée par l’emploi d’un procédé de traitement antiseptique, curatif du greffon, créant des conditions optimales pour l’implantation et la prolifération cellulaire.
  • une prolifération optimisée selon l’activation des massifs cytogènes, par des agents mitotiques.
  • un développement protégé, par antibiothérapie, spécifique des communautés bactériennes pathogènes présentes en phase post-greffe, permet de réduire la charge microbienne et d’éviter une infection destructrice des cellules cytogènes.

Ces pratiques biotechnologiques innovantes en perliculture sont l’expression d’une étape essentielle vers l’amélioration de la qualité de production.

En projet pour 2010, une potentialisation de la greffe par l’introduction d’explants équivalents obtenus par technique de culture in vitro.

Contact : Philippe ROSIER Professeur de Biologie - Maître de Recherche / oceanis@mail.pf

OCEANIS

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !