Dans des perspectives de structuration, de régulation et de valorisation de la Perle de Tahiti, un pôle de compétences réunissant des Unités de Recherches Scientifiques et Techniques et des Entreprises, s’est structuré, depuis 2004, autour d’un Projet Collectif : OCEANIS innovations.

Deux programmes de recherches appliquées ont été engagés pour répondre aux nécessités d’une perliculture polynésienne performante et sécurisée. Il en résulte des procédés industriels directement transférables vers une production valorisée de perles de Tahiti.

Procédé d’Identification et de Traçabilité des Perles de culture
Le marquage intra-nucléus par un traceur minéral permet d’identifier, de manière incontestable et définitive, l’origine de la Perle de Tahiti. L’application de cette technologie d’exception cible, à travers l’identification, une protection internationale, une valorisation du produit et une pérennisation de la filière.
L’incorporation d’un traceur rend possible une régulation de la production et autorise un contrôle de la qualité à l’exportation. Elle agit ainsi sur la mise en valeur de l’excellence du produit et de sa filière.
Le caractère infalsifiable et inaltérable du marquage assure une parfaite traçabilté du produit, par simple lecture aux rayons X sans altération de la surface perlière. La lisibilité de la filière commerciale minimalise la fraude et sécurise la production envers la contrefaçon.
La longévité du moyen tend vers une maîtrise de la chaîne de production, dès la source, et contribue à l’organisation d’une distribution contrôlée.

Procédés d’obtention spécifique des Perles de Tahiti
La caractérisation des mécanismes cellulaires et l’identification des conditions environnementales d’implantation du greffon ont permis d’explorer des moyens antiseptiques spécifiquement adaptés à la greffe chez Pinctada margaritifera.
Deux procédés prophylactiques, curatifs pré-implantatoires et préventifs post-implantatoires du greffon, ont été élaborés pour améliorer la rétention de la greffe et la qualité de production perlière. Il en résulte une structuration plus homogène du sac perlier et en finalité une bio minéralisation plus régulière de la perle. La production est ainsi qualitativement améliorée et valorisée.
Ces procédés constituent l’unique mode de production biologique assistée, conforme à la législation sanitaire et spécifique à la greffe, en Polynésie française. Les compositions et les conditions d’emploi de ces moyens sont respectueuses des normes sanitaires en matière de protection des milieux lagonaires polynésiens. En excluant un impact biochimique destructeur ces procédés contribuent à la sécurisation, à la valorisation et au développement durable de la filière de production.

Certification et Protection Internationales
Ces procédés, d’identification du nucléus et d’obtention spécifique des Perles de Tahiti, comptent parmi les critères qui permettent d’édifier un référentiel d’origine et d’authentification des techniques. Ils sont les éléments constructeurs d’une production régulée, d’un contrôle qualitatif et d’une diffusion réglementée. Ils permettent d’accéder à une appellation protégée et une certification commerciale internationale. Cette singularité assure une différenciation du produit et de sa filière. Elle leur confère une reconnaissance, une valorisation et une protection internationales.

Ces conditions répondent aux exigences de plusieurs syndicats japonais, négociants en Perle de Tahiti, soucieux d’assurer à leur clientèle une garantie d’excellence.
La Polynésie française devrait bénéficier, en primeur, de ces technologies, lesquelles pourraient constituer les bases d’une normalisation internationale de la perliculture.

Philippe Rosier, OCEANIS Unité de Recherche Scientifique

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !