« C’est sans doute le fait d’avoir des proches qui étaient allés à Tahiti pour des raisons professionnelles, qui m’a fait choisir cette destination ». Après une école de commerce et une expérience de sept ans dans le milieu pétrolier à Paris, Nathalie Le Glohaec part pour une année sabbatique. Elle travaille chez un grossiste en métaux précieux, rencontre des perliculteurs et tient une boutique attenante à une ferme. Elle y rencontre le futur père de sa fille. Sa famille est propriétaire d’un petit îlot, sur l’atoll d’Ahé, aux îles Tuamotu. Tout est à faire pour y créer une ferme. Ils se lancent en 2000. « C’était compliqué car complètement isolé », se souvient-elle.

L'article complet est disponible à l'adresse suivante :
http://www.letelegramme.com/gratuit/generales/regions/finistere/perles-de-culture-une-brestoise-cree-tahiti-20081101-4094723_1518020.php

Le Télégramme

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !