Les activités de recherche sont axées prioritairement sur la maîtrise de la reproduction de l’huître perlière. En collaboration avec le Service Territorial de la Perliculture, il s’agit de doter la perliculture polynésienne d’un outil dont les applications sont nombreuses :

  • réguler la production de juvéniles par rapport aux aléas spatio-temporels du collectage en lagon
  • assurer, pour les fermes qui voudraient s’en doter, l’auto-suffisance en nacres pour la greffe
  • conforter les actions de repeuplement d’atolls en nacres tout en veillant au maintien de la biodiversité
  • améliorer par croisements raisonnés, des caractéristiques d’intérêt commercial de souches de nacres produites en écloserie (croissance, couleur de la nacre donneuse de greffon, taille de la poche perlière, etc)
  • produire des nacres triploïdes stériles dont l’énergie consacrée à la reproduction est dirigée vers la croissance

Ce programme de recherche, à partir de la connaissance de la reproduction dans le milieu naturel, s'attache conjointement à la maturation des géniteurs et aux conditions de l’élevage larvaire. Pour atteindre cet objectif, les besoins nutritionnels de la nacre en milieu contrôlé à tous ses stades de développement sont étudiés.

larve d'huître perlièreCorrélativement et grâce au développement d’un laboratoire de biologie moléculaire, les ressources génétiques de la nacre en Polynésie Française sont évaluées. Elle permettent d’identifier des souches originelles génétiquement différenciées et d’en proposer un mode de gestion de la conservation (conservatoire de souches, réserves, cryoconservation). L’impact de la reproduction des stocks de nacres en élevage sur la biodiversité est estimé. Il est aussi envisagé d’étudier l’héritabilité de certains critères d’intérêt industriel.

Devant le développement de la perliculture polynésienne, le LAT soutient la mise en place d’une veille zoosanitaire territoriale. En l’absence de mortalités et de pathologies recensées, il semble cependant important de surveiller l’état de santé des cheptels de nacres.

Laboratoire d’Aquaculture TropicaleLa greffe est la phase cruciale du processus de fabrication de la perle. Le LAT s’engage sur une voie de recherche concernant la prophylaxie liée à cette opération. Les produits antiseptiques utilisés pour le nettoyage des outils de greffe, les conditions d’asepsie de l’opération elle-même, les antibiotiques utilisés, sont des facteurs permettant de diminuer les taux de rejet du nucleus. Cette action de recherche entre dans le cadre d’études ultérieures sur l’amélioration de la qualité de la perle.

Extrait du site de l'Ifremer

Vous souhaitez réagir ou commenter les articles du Pêcheur de Perles ? Ecrivez-nous en utilisant le formulaire de contact !