Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | le Pêcheur de Perles

Pêcheur de Perles

perles de culture et perliculture

Pacifique

Perles du Pacifique : informations sur la perliculture et les perles de culture dans la région Pacifique (Polynésie française, îles Cook, côte Est Australienne, Philippines, Fidji...)

Vous trouverez sur cette page les derniers articles de la catégorie Pacifique. Pour retrouver les articles plus anciens de cette catégorie, sélectionnez un mois spécifique dans les archives.

La dernière ferme perlière commerciale des îles Marshall, propriété de la société RRE (Robert Reimers Enterprises), a officiellement fermé ses portes après plus de dix ans d'activité. L'industrie de la perle noire de cette région n'a pu survivre sans support du gouvernement local.

Lire la suite

L'industrie perlicole de Fidji est en plein essor, mais la plupart des fermes perlicoles sont encore largement subventionnées par le gouvernement. Le but est de créer une industrie de la perle de culture similaire à celles de Polynésie française et des îles Cook. Les fermes perlières, gérées par des fidjiens pour la plupart, sont construites sur le modèles de leurs homologues polynésiennes.

Lire la suite

L'industrie perlicole des îles Cook, qui a connu ces dix dernières années une traversée du désert, prépare désormais un retour en force sur les marchés internationaux.

Lire la suite

Il y a cinq ans, les perles noires des îles Cook étaient à l’agonie, malades d’une algue qui les tuait à petit feu. Mais désormais, tout ça, c’est du passé puisque les huîtres perlières des Cook ont repris du poil de la bête et que l‘industrie perlicole est en train de faire un sérieux come-back sur le marché régional, un retour marqué par une forte concurrence avec le voisin de la Polynésie française.

Lire la suite

La perliculture reste encore aujourd’hui un secteur réputé comme secret et lucratif pour quelques rares pionniers. On peut néanmoins avancer des chiffres pour illustrer l’importance du secteur.

Lire la suite

Le Premier ministre des îles Cook, Robert Woonton, tout juste de retour de Bruxelles, déclare depuis pouvoir compter sur l'aide européenne afin de développer le secteur lucratif, mais hautement compétitif, de la culture des perles noires, rapporte mardi l'agence régionale Pacnews, citant le quotidien Cook Islands News.

Lire la suite

La ferme perlière de Nukuoro, dans les États fédérés de Micronésie, a organisé la vente de sa toute première récolte de perles les 14 et 15 mai derniers. 900 perles ont été récoltées et plus de 800 perles vendues.

Lire la suite

Dans le cadre d’un projet distinct mais néanmoins associé à celui du Land Grant présenté ci-après, l’École d’agriculture et de commerce de Ponape (PATS) a lancé en août 2001 des activités de démonstration des techniques de production et d’élevage d’huîtres perlières en écloserie au profit des étudiants et des communautés rurales de Pohnpei.

Lire la suite

Désireux de trouver une solution au manque de naissain dans les exploitations des Îles Marshall, le Centre d’aquaculture tropicale et subtropicale (CTSA) a soumis une demande à l’USDA afin que l'on réaffecte à l’exploitation d’écloseries des fonds initialement prévus pour des recherches sur la lutte contre les dégâts occasionnés par les escargots. Les fermes des Îles Marshall ne sont plus approvisionnées en naissain depuis mars 2001, suite à la clôture de l’unique écloserie des Îles Marshall, exploitée par BPOM. Sans un nouvel approvisionnement, l’avenir de la perliculture aux Îles Marshall est gravement menacé.

Island Aquaculture Newsletter du College of Micronesia Land Grant et du CTSA

En Micronésie, le développement d’industries économiquement viables pour soutenir l’économie naissante est en tête des priorités du développement. Un projet de recherche et de vulgarisation visant à développer la perliculture et l’expertise locale en Micronésie a été lancé.

Lire la suite

Les sources de la connaissance

vendredi 22 mars 2002 :: Pacifique

La société Black Pearls of Micronesia reçoit des fonds de deux programmes fédéraux américains pour assurer la formation des employés locaux aux techniques de greffage des huîtres.

Lire la suite

Pour produire des perles en quantité suffisante pour viabiliser une exploitation commerciale, les huîtres doivent être "greffées" manuellement par des "greffeurs" spécialement formés pour ce travail. Cette facette capitale de la perliculture constitue pour l’essentiel un secret commercial bien gardé par un petit nombre de greffeurs qui vendent leurs services dans le monde entier.

Lire la suite

Une exploitation perlicole privée des Îles Marshall a annoncé en 2001 une récolte qui laisse entrevoir des possibilités de développement économique pour le pays.

Lire la suite

Les autorités productrices de perles noires ont déclaré leur intention de se donner les moyens d'une plus grande autonomie, notamment au regard de l'expertise de leurs produits, jusqu'ici aux mains de techniciens étrangers. Selon le bureau de l'investissement de cet archipel, l'effort sera désormais placé sur la formation de personnel qualifié sur place, notamment dans le domaine de l'évaluation de la qualité de la perle. Les perliculteurs des îles Cook, jusqu'ici, se sont plaint à plusieurs reprises que les honoraires demandés par les experts étrangers étaient trop élevés.

tahiti-pacifique.com

Les perliculteurs de la petite exploitation pilote de Savusavu ont effectué leur première récolte de perles noires et leur entrée sur un marché hautement concurrentiel dans la région. Cette première récolte, trois ans après les premiers balbutiements de ce projet, a été envoyée au Japon pour une première évaluation, qui s'est révélée «favorable».

tahiti-pacifique.com

L'industrie perlière des îles Cook, concurrent de la Polynésie française voisine, prendra au moins "cinq ans" à récupérer des effets dévastateurs d'une maladie qui a frappé l'année dernière les huîtres de ses bassins de l'île de Manihiki.

tahiti-pacifique.com

Des partenaires locaux pourraient contribuer à l'expansion de la perliculture.
Virgil Alfred, directeur d'une exploitation perlicole de la Black Pearls of Micronesia Inc. (BPOM), annonce que cette entreprise cherche à étendre ses activités aux Îles Marshall. Grâce à l'expansion de la ferme au cours de ces dernières années, Virgil et son équipe ont été en mesure d'adapter les techniques d'élevage bien établies aux conditions en vigueur aux Îles Marshall et ont formé plus de quinze employés locaux aux rudiments de la perliculture.

Lire la suite

Définition et informations générales

La dénomination «perles de culture de Tahiti» comprend les perles de culture de Tahiti de toutes qualités, le keshi, la demi - perle ou mabe et les biwas. La définition des ouvrages en perles fines ou de culture a été citée dans le chapitre I.1) Les exportations par secteurs d’activité, de ce présent bilan.

Les premières exportations de perles ont eu lieu en 1972. Depuis 1984, ce produit occupe le premier rang, en valeur déclarée, des exportations de la Polynésie française. La perliculture est la seconde source de revenus du Territoire (après le Tourisme) et représente 88,49% des exportations totales de produits locaux en 1999, contre 90,89% en 1998.

Depuis 1994, une partie des professionnels du secteur (GIE Poe Rava Nui, SPPP...) organisent chaque année à Papeete, des ventes aux enchères. Ils sont également présents dans un certain nombre de foires et salons internationaux. Le GIE « Perles de Tahiti » est quant à lui, chargé de la promotion de la perle sur un marché international extrêmement concurrentiel et en constante mutation.

Lire la suite

Les Îles Salomon ont récolté 800 perles noires, chiffre record depuis le lancement de ce projet d'élevage aquacole. La ferme de culture de perles noires de Gizo, dans la province occidentale, est la première à cultiver la perle avec succès, depuis le début du projet, il y a deux ans. Un perliculteur des Îles Cook a été engagé sous contrat pour greffer des huîtres, et il est revenu récemment pour extraire les perles.

Lire la suite

Perles noires de tahitiPerles de culture de Tahiti et dérivés.
La dénomination «perles de culture de Tahiti» comprend les perles de culture de Tahiti de toutes qualités, le keshi, la demi-perle ou mabe, les ouvrages, objet ou accessoire en perles. Les premières exportations de perles ont eu lieu en 1972. Depuis 1984, ce produit occupe le premier rang en valeur déclarée des exportations de la Polynésie française et représente 90,89% des exportations totales de produits locaux en 1998. C’est le G.I.E perles de Tahiti qui est chargé de la promotion de la perle sur un marché international extrêmement concurrentiel et en constante mutation.

Lire la suite